La précision du rituel

« L’essence de la société secrète en tant que telle, c’est l’autonomie. Mais c’est une autonomie qui confine à l’anarchie; le fait de sortir du cadre général entraîne aisément pour la société secrète une absence de racines profondes, de stabilité existentielle, et de soutien normatif. Et c’est ce manque que la précision et la minutie du rituel vient pallier. Ici on voit à quel point l’homme a besoin d’un certain équilibre entre la liberté et la loi, et quand les quantités respectives de l’une ou l’autre ne lui viennent pas d’une source unique, il s’efforce de compléter le quantum donné de l’une par un certain quantum de l’autre, qu’il puise à une source quelconque, jusqu’à ce que l’équilibre soit rétabli. »

SIMMEL, Georg. Secret et sociétés secrètes. Paris : Circé, 1996, p. 85